Recherche

BALZAC

(par de petites portes)

Tag

Voyage de Paris à Java

Balzac et le voyage

J’ai tout vu en amateur et en poète

H. de Balzac, Voyage de Paris à Java

Disons le voyage. Être en mouvement vers ailleurs, ou, être ailleurs.
Balzac voyage, pour retrouver Mme Hanska, l’amour de sa vie ; pour affaires ; pas pour se documenter particulièrement pour ses romans, même s’il place dans certains romans des voyages qu’il vient de faire : Guérande dans Béatrix, Le Croisic dans Un drame au bord de la mer, la Grande Chartreuse dans Le Médecin de campagne… Peut-être, un des rares, pour Le Dernier chouan ou la Bretagne en 1800, il se déplace à Fougère, chez l’ami Pommereul, pour se documenter. Peut-être qu’aussi pour Le Député d’Arcis, il y va à Arcis. Pour  les affaires donc, pour celles des autres (l’Italie pour le compte de la Comtesse (et amante) Guidoboni-Visconti), pour les siennes, vers la Sardaigne et une mine d’argent qu’il voudrait exploiter (mais finalement non) en passant par la Corse de l’admiré Napoléon.
Ce qui fait voyager Balzac, ce sont les femmes, le plus souvent. Les amies telle Zulma Carraud qu’il retrouve à Angoulême ou Issoudun, les autres amantes ou les prétendues (respectivement Mme de Berny en Touraine puis en bateau sur la Loire jusque Nantes, Mme de Castrie en Suisse) et surtout Mme Hanska pour laquelle il traverse plusieurs fois l’Europe, vers le Nord et Saint-Pétersbourg (en bateau notamment à travers les mers septentrionales du continent, vers Berlin ou Vienne, vers la Suisse (plusieurs fois les amants se retrouvent à la barbe de M. le comte cocu Hanski), vers l’est et wierzchownia (une dizaine de jour de voyage alternant trains et chevaux).
Si Balzac voyage, il n’écrit ni ne décrit ses voyages (mais il réutilise ce qu’on appellera des micros-voyages comme celui qu’il fait faire à Felix dans Le Lys dans la vallée). De Venise 3 lignes pour dire que c’est beau, en gros, par exemple. Juste un voyage vers l’aimée, la Lettre sur Kiew restée inédite à l’époque. Et une affabulation, le Voyage de Paris à Java (où il n’est bien entendu jamais allé).

Evocation de quelques romans méconnus de Balzac

Balzac est souvent connu pour quelques romans étudiés ici ou là, pour quelques pavés injustement redoutés aussi. Mais la plus grande part de l’œuvre de Balzac, au total une grosse centaine de titres, est constituée de romans courts ou de nouvelles. Parmi lesquels on retrouve :

L’Illustre Gaudissart, une petit roman plutôt drôle dans lequel ce Gaudissart, connu pour être fort à la vente de tout et n’importe quoi, descend à Vouvray où on le fait tourner chèvre. Gaudissart est le seul personnage de Balzac à avoir sa statue sur une place de France. Une petite comédie pas dramatique du tout.

Jésus-Christ en Flandre, bien qu’il dise qu’il faut lire la Comédie humaine à la lumière de deux vérités éternelles : la royauté et la religion, Balzac n’en n’est pas moins critique envers l’une et l’autre, notamment dans ce texte où lors d’un naufrage en Mer du Nord, un homme aux cheveux longs se lève et invite ceux qui ont la foi à le suivre en marchant sur l’eau. Bien entendu les pauvres qui croient, marchent ; l’agnostique surnage ; et les bourgeois et l’évêque coulent à pic.

Une passion dans le désert peut se lire à deux niveaux, un conte presque animalier, ou alors une tendre et sensuelle histoire d’amour entre un soldat et une panthère…

Peines de cœur d’une chatte anglaise est notamment la transposition de la relation que Balzac à eu avec la comtesse Guibodoni-Visconti née Sarah Lovell et dont le Fils Lionel-richard est probablement un des deux enfants (illégitimes) qu’eut Balzac.

Physiologie du mariage. Balzac n’a pas écrit que des romans, il est aussi l’auteur d’un certain nombre de textes pseudo-scientifiques et humoristiques dont quelques-uns (très peu) forment les Etudes analytiques. Le plus célèbre est La Physiologie du mariage, méditations scandaleuses et misogynes sur la femme et le mariage ; ce livre sera premier son succès, celui qui lui ouvrira grâce au scandale justement les portes des salons parisiens.

Voyage de Paris à Java est un des rares récits de voyages qu’a écrit Balzac. L’écrivain dit ne pas aimer ce genre alors à la mode. Ce Voyage est bien entendu imaginaire (Balzac n’est pas allé au delà de l’Ukraine) et plein de poncifs sur ces contrées exotiques elles aussi à la mode.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :