Recherche

BALZAC

(par de petites portes)

Tag

Jules Sandeau

Dom Mar (6 – de Balzac et des amant(e)s)

Posons-nous tout de go … Les galeries L. font poser Antoine de C. avec une poupée gonflable en 4×3 dans le métro parisien … Avec qui Balzac a-t’il joué au docteur ? … Avec Mme de Berny tout d’abord, au bout de la rue où habitait la famille Balzac à Villeparisis … on est là au tout début des années 1820 … Puis … liste non exhaustive … puis avec Jules Sandeau ? … – Oui, peut-être » … – probablement » … – allez savoir » … leur intimité était même si grande qu’ils vivaient ensemble rue Cassini … Et Borget, le déjà ami avec Sandeau ? … Borget, lui, faisait moins de mystères … Tout comme Sand avec les Marie : Dorval et d’Agoult ? … Allons donc ma bonne dame, on chuchote, on glousse mais personne n’en dit rien … Et dans l’œuvre … Et de Schmucke et Pons, hein ? … Il ne faut pas voir dans l’amitié de Vautrin pour Rubempré un quelconque penchant homosexuel … Bon … un brin de zoophilie aussi dans l’œuvre, dans Une Passion dans le désert L’âme de Virginie aura passé dans ce corps-là, c’est sûr !… L’aigle disparut dans les airs pendant que le soldat admirait la croupe rebondie de la panthère. Mais il y avait tant de grâce et de jeunesse dans ses contours ! C’était joli comme une femme. La blonde fourrure de la robe se mariait par des teintes fines aux tons du blanc mat qui distinguait les cuisses ...  Toutes les filles ont des yeux d’or et tous les garçons ont des billes d’argents … pour des filles ou pour des panthères …

Publicités

Balzac et Théophile Gautier

Je travaille à La Chronique de Paris qui est maintenant dirigée par Balzac qui est un bon gros porc très plein d’esprit et très agréable à vivre.

(l. de T. Gautier à E. de Nully, 1836)

Parmi les amitiés littéraires chères et constantes de Balzac, on retrouve (outre Victor Hugo) le poète et romancier Théophile Gautier (1811-1872). C’est à la demande de Balzac que les deux hommes vont se rencontrer en 1835 (Jules Sandeau sera l’entremetteur) ; en effet le grand Honoré (il a alors déjà publié ses deux plus grands succès : La Peau de chagrin et Le Père Goriot) a lu Mademoiselle de Maupin (l’héroïne de Beatrix se nomme d’ailleurs Camille Maupin, en référence ?) et souhaite en rencontrer l’auteur. La rencontre se fait donc, puis Balzac propose à Gautier de collaborer à la revue La Chronique de Paris. Balzac a sollicité Gautier à l’occasion, l’invitant à faire avancer quelque projet ou lui demandant des poèmes (cf. La Tulipe dans Illusions Perdues), Balzac étant un piètre versificateur. Gautier, aurait essayé d’initier Balzac aux paradis artificiels dans les années 1840, mais Balzac, peu intéressé par la chose s’est cantonné au café comme drogue. Gautier est l’auteur d’une des premières biographies de Balzac.

Balzac et George Sand

Je lui jetais presque son livre au nez. Je me souviens que, comme je le traitais de gros indécent, il me traita de prude et sortit en me criant sur l’escalier : « Vous n’êtes qu’une bête! »

(George Sand dans  Histoire de ma vie)

En 1832, au moment de cette joute verbale entre George Sand et Honoré de Balzac, les deux écrivains sont au début de leur carrière (Balzac veut alors forcer sa consoeur à lire les rabelaisiens Contes drolatiques, ce qui entraînera cet échange d’amabilités) et d’une relation (platonique) qui durera jusqu’à la mort du grand (sic) Honoré.

G. Sand et H. de Balzac se rencontrent à Paris en 1831 par l’intermédiaire de Jules Sandeau (autre romancier de l’époque et qui donnera son nom à Sand et qui co-écrit sous le nom de Jules Sand, à 4 mains avec la future George, le roman Rose et Blanche). G. Sand sera à l’origine de plusieurs romans de Balzac (ceux sur la musique ou La muse du département par exemple). En 1838, Balzac va jusque chez George Sand à Nohant, dans le Berry où ils discutent beaucoup. Il dit alors : J’ai plus vécu pendant ces trois ou quatre causeries, le mors aux dents, que je n’avais vécu depuis longtemps. Il reviendra du Berry avec un roman presque tout fait, Beatrix, où il raconte, suite à des confidences de G. Sand, la relation entre le pianiste Liszt (Conti dans le roman) et Marie d’Agoult (Beatrix dans le roman). On y reconnaît aussi George Sand sous les trait de Félicité des Touches (artiste et écrivain dont le pseudonyme est Camille Maupin), une femme très masculine, s’habillant en pantalon, fumant le houka (tout cela caractérise la réelle George Sand) et … conseillant les romans d’une certaine George Sand à son beau protégé, Calyste.

A voir sur ce thème :

• La correspondance de George Sand, annoté par G. Lubin

• Sur les relations entre Balzac et Sand : cette page Facebook : Mon cher George

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :