Recherche

BALZAC

(par de petites portes)

Catégorie

Dom Mar (divagation-feuilleton)

Biographie aléatoire d’Honoré de Balzac

Dom Mar (6 – de Balzac et des amant(e)s)

Posons-nous tout de go … Les galeries L. font poser Antoine de C. avec une poupée gonflable en 4×3 dans le métro parisien … Avec qui Balzac a-t’il joué au docteur ? … Avec Mme de Berny tout d’abord, au bout de la rue où habitait la famille Balzac à Villeparisis … on est là au tout début des années 1820 … Puis … liste non exhaustive … puis avec Jules Sandeau ? … – Oui, peut-être » … – probablement » … – allez savoir » … leur intimité était même si grande qu’ils vivaient ensemble rue Cassini … Et Borget, le déjà ami avec Sandeau ? … Borget, lui, faisait moins de mystères … Tout comme Sand avec les Marie : Dorval et d’Agoult ? … Allons donc ma bonne dame, on chuchote, on glousse mais personne n’en dit rien … Et dans l’œuvre … Et de Schmucke et Pons, hein ? … Il ne faut pas voir dans l’amitié de Vautrin pour Rubempré un quelconque penchant homosexuel … Bon … un brin de zoophilie aussi dans l’œuvre, dans Une Passion dans le désert L’âme de Virginie aura passé dans ce corps-là, c’est sûr !… L’aigle disparut dans les airs pendant que le soldat admirait la croupe rebondie de la panthère. Mais il y avait tant de grâce et de jeunesse dans ses contours ! C’était joli comme une femme. La blonde fourrure de la robe se mariait par des teintes fines aux tons du blanc mat qui distinguait les cuisses ...  Toutes les filles ont des yeux d’or et tous les garçons ont des billes d’argents … pour des filles ou pour des panthères …

Dom Mar (5 – Balzac et les dédicaces)

Balzac aime dédicacer ses livres … Un petit envoi à des célébrités … A MONSIEUR VICTOR HUGO. Vous qui, par le privilége des Raphaël et des Pitt, étiez déjà grand poète à l’âge où les hommes sont encore si petits, vous avez, comme Chateaubriand, comme tous les vrais talents, placé au début des Illusions Perdues … bizarre écho à une lettre emportée de Balzac où à propos du même Hugo On est grand poète et petit homme … Facétieux pour George Sand … celle associée à la ruine des maris … à qui il dédie Les Mémoires de deux jeunes mariées légèrement moralisantes puisque sur la place raisonnable de la femme dans la société … A GEORGES SAND. Ceci, cher Georges, ne saurait rien ajouter à l’éclat de votre nom, qui Lire la suite

Dom Mar (4 – la géographie et le lieu)

Une visiteuse qui vient de Saumur, évoque Saumur, « vous savez que la maison d’Eugénie Grandet existe vraiment dans cette ville ! » … Balzac est géographe, il décrit, épuise les lieux, parfois ! souvent ! toujours ? … Sans Sandeau probablement pas de George Sand, et sans Sand, pas de Beatrix, de Muse du département ni de Gambara ou de Massimillia Doni, ce qui aurait légèrement amputé La Comédie humaine de l’ami Balzac. Par contre, d’Eugénie G., si, probablement … il y a une idée géographique … « J’ai tâché de donner une idée des différentes contrées de notre beau pays. Mon ouvrage a sa géographie comme il a sa généalogie et ses familles, ses lieux et ses choses, ses personnes et ses faits » explique-t’il dans l’Avant-proposLire la suite

Dom Mar (3 – de Sand, le début)

De George Sand & d’H2B : une estime ; pas forcément les meilleurs amis du monde, mais une relation suivie, avec ses hauts avec ses bas, ses convergences aussi autour du droit d’auteur ou du théâtre, avec ses divergences aussi autour de la politique. G.S. et H2B se rencontrent en 1831, se fâchent la faute au Sandeau-fainéant  en 1833, se rabibochent en 1834 à l’opéra. Comme Barbara dira à William Sheller « Tu devrais chanter » (et il chante, depuis), George Sand dit à Balzac (en substance) « il faut écrire ce que vous venez de dire sur la musique » (et il écrivit, le bougre, 2 textes sur l’opera, le bougre). Balzac, la muse (du Berry) l’amuse, lui sert de point de départ, de relais pour quelques-uns de ses romans.

Dom Mar (2 – les plans)

Un plan ? pour quoi faire ? Un plan … où va t’il … mais si il le sait, enfin ça peut … ça devrait … ça changera en cours de route de toute façon. Nous disions donc : un plan ; des plans sur des comètes oui, un tas avec visions d’ananas, de roses bleues ; mais pour ses histoires ? Non, il n’en fait pas, de plan. Certes il y a bien quelques lignes sous le titre de certains manuscrits : Le Lys : les 2 enfances … in poi. Le Père Goriot : on y voit les 7 grandes parties qui se trouvent encore sur la première édition de 1835, parties allégées de 3 pour ne plus faire que 4 dès la 2è édition la même année, complètement allégé de division pour ne donner qu’un seul tenant textuel par la suite. Nous disions donc : les plans des romans : que nenni ! Tout dans la tête. Bon, il a des points de départ, ses grandes lignes qui le mènent à des points d’arrivée pas exactement, sûrement, ceux prévus. L’idée d’œuvre, l’idée d’unité, et après, le tout en mouvement, perpétuel le mouvement, sautant d’un texte en élaboration à un texte en correction … et avec l’esprit passerelle, en sus, entre ces divers textes.

Dom Mar (1 – rencontre Sand)

…Donc Balzac a un peu d’avance sur Sand en littérature. Et Sand admire les premiers textes de son confrère. Elle le considère comme un maître à étudier. Lorsqu’ils se rencontrent en cette année 1831, tous deux habitent Paris, à quelques centaines de mètres l’un de l’autre (quai St-Michel et rue Cassini), se rencontrent chez l’un ou chez l’autre et ont alors des discussions littéraires animées. On est toujours en 1831 ; Balzac rencontre un énorme succès avec La Peau de chagrinil est impossible de la lâcher » en dit Sand). L’écriture de Balzac semble tellement la marquer que lorsqu’elle publie son premier roman  -écrit seule, Indiana en 1832-, elle est accusée, notamment par un homme de lettres, un certain Henri de Latouche, de pasticher Balzac : « Il voulait lire, il lisait, et à chaque page il s’écriait : « allons ! C’est un pastiche ; école de Balzac ! Pastiche, que me veux-tu ? Balzac, que me veux-tu ? » Il vint sur le balcon, le volume à la main, en me critiquant mot par mot, me démontrant par a plus b que j’avais copié la manière de Balzac, et qu’à cela je n’y avais gagné que de n’être ni Balzac ni moi-même. » (Hist. De ma vie)

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :