LES LIGNES DU MONDE - géographie & littérature(s)

Plus historien (et géographe) que romancier

S’il ne semble pas particulièrement priser le voyage, Honoré de Balzac en reconnait tout de même certains bienfaits. Il admet notamment que le voyage ouvre l’esprit à de nouveaux horizons. Lors d’un voyage à Aix les Bains, en 1832, Balzac écrit à son amie Zulma Carraud :

 le voyage m’agrandit les idées. (l. à Z. Carraud, 1832)

Balzac, dans son œuvre, dans ce qui deviendra au début des années 1840 La Comédie humaine, a le souci de se poser en historien des mœurs.

 L’auteur s’attend à d’autres reproches, parmi lesquels sera celui d’immoralité ; mais il a déjà nettement expliqué qu’il a pour idée fixe de décrire la société dans son entier, telle qu’elle est : avec ses parties vertueuses, honorables, grandes, honteuses, avec le gâchis de ses rangs mêlés, avec sa confusion de principes, ses besoins nouveaux et ses vieilles…

View original post 965 mots de plus

Advertisements