je suis un démon à trois cornes, de la race, mais un peu dégénérée de Napoléon.

lettre à Mme Hanska (10/05/1834)

Même si Balzac n’a pas connu directement Napoléon (1769-1821), il en a été un grand admirateur. il est en relation (épistolaire) avec Letizia Marie Bonaparte, nièce de l’empereur. Napoléon et sa Grande Armée sont très présent dans l’œuvre et la vie de Balzac. Il compare sa vie à celle des soldats Ma vie est celle de l’armée d’Italie, moins Napoléon, se compare volontiers à cet empereur qu’il admire (et qui avait la même puissance de travail, 18h par jour, que l’écrivain), avec la lucidité ou la (fausse ?) modestie d’être un ton en dessous tout de même. En 1844, il aimerait néanmoins se situer au niveau de Napoléon : Quatre hommes auront eu une vie immense : Napoléon, Cuvier, O’Connell, et je veux être le quatrième. Le premier a vécu la vie de l’Europe, il s’est inoculé des armées ! […] moi, j’aurais porté toute une société dans ma tête. En goguette vers la Sardaigne (avec l’objectif d’acheter une mine d’argent, mais il arrivera trop tard, mine déjà vendue à un autre), en 1838, il passera par la Corse et visitera la maison de son modèle J’ai beaucoup souffert, surtout sur mer, mais me voici dans la ville natale des Napoléons. […] Je suis allé voir la maison de Napoléon, et c’est une pauvre baraque. D’ailleurs j’y ai rectifié plusieurs erreurs. (l. à Mme Hanska, Ajaccio, 26 mars 1838). Si Napoléon est très présent dans la vie de l’écrivain, il l’est autant dans sa Comédie Humaine qui fait référence plus ou moins directement à la Grande Armée dans par exemple (non exhaustif) L’Adieu ou encore Le Colonel Chabert qui accompagne Napoléon à Eylau en 1807 pour combattre les Russes. Napoléon intervient même en tant que personnage dans 2 romans : La Vendetta et Une Ténébreuse affaire. On dit que (d’après Virginie Ancelot), sur une statue de l’Empereur placée dans son cabinet de travail, Balzac aurait écrit : Ce qu’il a commencé par l’épée, je l’achèverai par la plume.

Publicités